Se connecter

Objectif JO - Thailand Open

En cette phase de qualification olympique, Léa Palermo nous parlera de sa préparation et de ses tournois. Etape 8 : le Thailand Open, un tournoi Super 500.

" Ce tournoi en Thaïlande est plutôt très positif. Compte tenu du tableau, je ne vous cache pas que l’objectif était de nous imposer avec confiance sur notre premier tour et d’aller chercher une grosse performance dès le 2ème tour, contre les n°5 mondiales POLII / RAHAYU.
 
Nous passons donc notre premier tour en montrant un très bon niveau de jeu, et une capacité à se montrer solides sur les premiers coups et sur la tactique évoquée avec le coach. Après avoir analysé leur match de qualification la veille, nous nous étions préparées à faire un gros match, potentiellement de longs rallyes face à cette jeune paire thaïlandaise jouant typiquement « à l’asiatique » (avec toujours beaucoup d’intensité dans leurs frappes, beaucoup de vitesse à mi-court et de bonnes qualités de défense).
 
Nous n’avons jamais été trop inquiétées et c’est super de pouvoir avoir ce genre de sensations sur un premier tour de Super Séries !
 
Le deuxième tour était bien entendu celui que nous attendions le plus. Enormément d’excitation à l’idée de jouer cette paire indonésienne qui, nous pouvons dire, se démarque des paires asiatiques par davantage d’aisance technique, beaucoup plus de variations en attaque et un jeu comprenant plus de prises de risques qu’une paire japonaise par exemple.
 
Notre objectif était d’imposer notre style de jeu sans les laisser imposer le leur, qui aurait pu rapidement nous perdre pour être honnête.
 
Le côté positif est que nous avons totalement réussi à faire jeu égal, en nous montrant très à l’aise face à leurs variations d’attaque et en les poussant à faire de longs rallyes. Nous étions en contrôle jusqu’à 16/11 au premier set, puis une perte de lucidité au regard de la tactique (liée à un trop de prise de risque sûrement…) nous a coûté le score serré final.
 
Perdre contre les n°5 mondiales de cette façon nous prouve qu’il en manque de moins en moins. Cela nous prouve aussi que nous sommes toutes proches du très haut niveau mondiales (ces nanas sont médaillées de bronze aux Championnats du Monde l’année dernière) et que nous ne devons ajuster que quelques détails à l’instant T pour passer devant.
 
Dorénavant, je pense qu’un grand nombre de paires ne nous sous-estiment plus ; nous faisons partie des paires contre lesquelles il faut travailler dur pour pouvoir nous battre ! D’autant plus que nous ne sommes qu’à une place d’Emilie et Anne à la course aux Jeux (seulement 2000 points nous séparent).
 
 
J’ai hâte de retourner sur le terrain avec Delphine, à Bâle, pour les Championnats du Monde où nous serons probablement confrontées au même cas de figure : confirmer notre niveau de jeu du moment en passant notre premier tour et en allant chercher une grosse performance face aux soeurs STOEVA, têtes de série 10 du tournoi, au 2ème tour.
 
PS : A défaut de ne pas avoir eu le temps de visiter de temple Bouddhiste, j’ai pu en visiter un sur la route de notre hôtel… :)
 
A très vite !"
 
Léa